Skip to main content

Dossiers

Dossiers

Entretien avec Louisa Vuille (1901-1994)

Interview réalisée en 1992 par Alda De Giorgi

Louisa Vuille (1901-1994), ouvrière horlogère, militante syndicale et communiste, est à l'honneur en cette année de commémoration du 50e anniversaire du suffrage féminin en Suisse. En juillet 2021, Genève lui a consacré une nouvelle rue du quartier de Vieusseux. Louisa Vuille figure parmi les cent femmes présentées dans 100Elles*. Pour une féminisation de la mémoire historique publié récemment par l'association l'Escouade ainsi que parmi les sept Genevoises qui figurent dans l'exposition Hommage2021 présenté sur la Place fédérale à Berne.

Dans cet entretien avec Alda de Giorgi enregistré en 1992, Louisa Vuille raconte son parcours d'ouvrière horlogère qualifiée, femme pionnière dans un univers très masculin, de sa formation à l'Ecole d'horlogerie de La Chaux-de-fonds à son travail dans plusieurs entreprises genevoise (Helbein, Rolex, Niton, Reuge, Chatelain). Elle explique la fabrication des montres, les différents métiers qui y contribuent ainsi que les conditions de travail de la branche. Active à la section genevoise de la Fédération des ouvriers de la métallurgie et de l'horlogerie (FOMH), elle préside le groupe horloger de 1947 à 1952.

Installée à Annemasse entre 1941 et 1943, elle contribue au développement de la production horlogère en France voisine et témoigne de la situation qui y règne durant la guerre.

De retour à Genève, elle participe à la fondation du Parti du travail en 1944. Elle le représentera au Grand Conseil genevois de 1961 à 1969, puis au Conseil municipal de Vernier de 1971 à 1978.

 

Bibliographie

Louisa Vuille, Destin et volonté, Genève : Coopérative d’imprimerie Pré-Jérôme, 1984.

Laure Piguet, "Louisa Vuille", in: Association L'Escouade, 100Elles*. Pour une féminisation de la mémoire historique, Genève, Georg Editeur, 2020, pp. 96-97